Les liquidités: le nerf de la guerre